siteon0

Hier, je suis partie à Rennes sous ma casquette de Présidente de PaMaNa (PArents de la MAison de NAissance de Pontoise) avec nos deux Isabelle (les sage-femme de la maison de naissance) à la conférence débat public "Maisons de naissance, où en somes-nous?" organisée par l'association MAISoùnaitON? , projet rennais en oeuvre depuis 9 ans pour créer une maison de naissance sur Rennes.

(note pour les initiés: je parle ici uniquement de maisons de naissance intrahospitalière, car nous sommes en France, et si maison de naissance il doit y avoir un jour dans les décrets de notre cher pays, nous n'en sommes qu'à l'étape des MDN intrahospitalières... )

Riche journée, comme je les aime. D'abord le trajet voiture de Pontoise à Rennes avec les 2 Isabelle (et notre conducteur!) est toujours un plaisir.  Plaisir de discuter, d'échanger, plaisir de les écouter raconter leurs expériences de pratiques, leurs interrogations, leurs remises en questions, leurs coups de mou, leurs moments heureux et les fou-rire pour ponctuer le tout... Bref, je me laisse toujours embarquer avec ravissement dans leurs histoires!

Ensuite, arrivées à Rennes, la conférence était passionnante. Ca fait un bien fou d'entendre de nouvelles SF, de découvrir des chemins de vie, les rencontres qui ont bouleversé leur pratique, d'entendre comment les femmes accouchent ailleurs dans le monde (pas si loin que ça) et comment elles sont accompagnées. Rencontrer des intervenantes passionnées, intelligentes, énergisantes qui replacent l'acte d'accoucher dans ce qu'il a d'essentiel: la rencontre entre un couple et un nouveau né, et le passage à un statut de mère ou de père.

Ca fait du bien d'entendre des professionnels de santé rendre aux femmes ce moment de vie qui leur appartient, qui les savent responsables, capables et fortes et s'en font une ligne de conduite. Des professionnels de santé qui défendent le respect du corps de l'autre, la relation de confiance, qui ont une pratique éclairée et sécurisée, qui sont vigilants à rester dans le champ de leur compétences. 

Il n'y a pas à ériger un système à la place d'un autre. Les maisons de naissance ne remplacent en aucun cas les hôpitaux, tout comme les sage-femme ne remplacent pas les gynécos. Chacun a sa place. Mais les mots sont importants et il est urgent, quel que soit l'accouchement, de ne plus accoucher les femmes mais les accompagner, les aider à accoucher. Ce sont les femmes qui accouchent, c'est quand même une nuance de taille!

Il est important aussi de répéter qu'accoucher de manière physiologique (quand cela est possible) n'est pas dangereux. C'est justement aujourd'hui, dans la société dans laquelle nous vivons, avec les avancées techniques et médicales qui sont les notres que l'on peut se permettre un accouchement physiologique ET secure. Ce n'est pas un retour en arrière, c'est un bond en avant. 

Bref, au programme de la conférence il y avait: 

-l'introduction et la présentation du métier de SF et du projet de MdN rennais par Christiane David, SF porte parole de l'association MAISounaitON. Introduction hyper sensible, juste et émouvante qui m'a touchée

- 5 SF de Rennes nous présentaient leur séjour au Québec au mois de mars dernier, lorsqu'elles ont visité des maisons de naissance sur place.

-l'intervention de plusieurs SF venant de Belgique pour nous présenter leur pratique en maison de naissance et maternité.(maternié des 10lunes et MdN Arche de Noé)

- la présentation de la maison de naissance de Pontoise par nos deux Isabelle.

J'ai appris tout au long de la conférence des pratiques hallucinantes quant au respect de la femme. Il y a 30 ans au Québec, les maisons de naissance n'existaient pas, et la profession de sage-femme n'existait plus. Les femmes étaient systématiquement endormies au moment de la poussée et le bébé sorti au forceps... Quels dégâts à l'échelle d'une société entière... Ce n'est plus du traitement d'urgence, c'est de la systématisation.

J'ai appris qu'au Québec, les sage-femme n'étaient pas des professionnelles de l'hopital. Elles aident les femmes à accoucher de la même manière et avec le même matériel que ce soit à la maison, en maison de naissance ou en hopital, selon le souhait des couples qui peuvent bénéficier d'un suivi physiologique.

Une sage-femme présente à la conférence m'a particulièrement marquée. Elle a en bagage un parcours passionnant et une force de transmission particulièremement contagieuse, Dominique Poret, ancienne présidente du conseil de l’ordre des sages-femmes québécoises, ayant pratiqué en maison de naissance au Québec, et travaillant actuellement à la maternité des 10 lunes en Belgique. Elle a partagé avec nous son cheminement tout en mettant en garde les SF françaises sur la vigilance dont elles devront faire preuve en travaillant en intrahospitalier. C'était très intéressant.

Et puis bien sûr il y avait nos deux Isabelle qui ont pris la parole pour présenter les particularités du projet pontoisien, revenir sur leur pratique et l'expérience de ces 6 dernières années avec passion et précision, comme à leur habitude.

Le débat avec le public a la suite de la conférence a été riche en questions. Nous sommes sorties épuisées de tant de concentration mais pleines d'énergie et d'envies pour la suite. Beaucoup d'émotions, beaucoup de choses essentielles ont circulé, c'est très étonnant ces moments-là, quand la sauce prend et qu'on touche du doigt des questions fondamentales. On arrête le bavardage, on est au coeur des choses. J'ai ressenti cet investissement là, de la part des intervenants. C'est très agréable.

Bon alors, du coup, fortes de cetenthousiasme-là, on s'est dit avec les Isabelle que la prochaine étape serait une virée en Belgique pour visiter sur place ces maisons de naissance de l'autre côté de la frontière!!! Affaire à suivre....

bonne journée!