une autre école

20 septembre 2017

assistante maternelle 95 SOisy sous Montmorency. 1 PLACE DISPO oct 2017.

Bonjour,

Je me présente, je suis Géraldine BLANC, j'ai 37 ans et trois enfants de 15, 12 et 9 ans.

J'ai démissionné en 2013 de l'éducation nationale où j'étais Professeur des écoles pour devenir assistante maternelle. J'exerce à mon domicile depuis 5 ans maintenant. J'ai un agrément pour garder 3 enfants à temps plein et j'ai 1 place qui se libère au 1er Septembre 2017 (+ 1 place pour les vacances scolaires).

J'habite une maison avec un jardin clos dans une impasse calme en centre ville de Soisy-sous-Montmorency (95). J'ai un chien de petite taille (spitz japonais). Je ne fume pas et je n'ai pas la télévision.

J'ai à coeur de travailler auprès des enfants et des bébés, je suis convaincue par l'éducation non violente et par le respect des besoins de l'enfant, son rythme, ses apprentissages, ses regressions. Et cette philosophie-là est mon principal moteur pour entreprendre ce métier. Je suis à l'écoute de vos choix parentaux  pour travailler au plus près de votre dynamique familiale et respecter vos choix éducatifs.

Les enfants disposent d'espaces au sein de la maison qui leur sont spécialement dédiés (coin cuisine, dessin, gomettes, coin lecture, coin poupées, légos, petit train, playmobils, figurines, patits animaux, petites voitures, puzzles, jeux en bois, instruments de musique, déguisements, pâte à modeler, Tous les jeux et jouets sont à disposition toujours à hauteur d'enfant pour favoriser l'autonomie (à la manière des écoles Montessori),

 

 

20160330_130557

20160330_125801

20160330_125821

20160330_130026

20160330_130927

20160330_130519

20160330_130903

Il y a un jardin clos avec une petite terrasse et je vis dans une impasse calme où l'on retrouve d'autres enfants pour jouer (ballon, tricycle, patinettes...)

Il y a deux chambres au calme pour les siestes.

Les enfants sortent une à deux fois par jour en poussette et à pieds pour prendre l'air et se promener (sauf mauvais temps ou besoin de repos).

Je suis en contact régulier avec une collègue assistante maternelle pour organiser des ateliers et des sorties. Ateliers cuisine, peinture, bricolage, musique ...  Sorties régulières (parc de jeux, petite ferme de Soisy, RAM de Soisy, marché, boulangerie ...) et sorties exceptionnelles en accord avec les parents (cité des sciences, cueillette des pommes, spectacle de Noêl ...).

Je suis musicienne et je fais beaucoup de chansons avec les petits en m'accompagnant de la guitare, du piano ou d'autres instruments à disposition des enfants.

Je prépare des repas simples et équilibrés avec des produits de qualité (bio la plupart du temps ou frais du marché). Vous pouvez également apporter les repas de votre enfant.

 

Disponibilités pour Septembre 2017: JE NE TRAVAILLE PAS LE MERCREDI

- 2 places sont déjà occupées

-  1 place disponible ( + 1 place en vacances scolaires)

 

Géraldine BLANC 06 99 20 15 00

Pour toute information, n'hésitez pas à me contacter en cliquant sur "contacter l'auteur"


14 mai 2013

Relais Assistante Maternelle Soisy

Je suis allée pour la première fois au RAM (relais assistante maternelle) lundi dernier avec le petit que je garde. La responsable du RAM propose certains matins un accueil pour un groupe d'assistantes maternelles (là nous étions 3 AM, et 6 enfants si je n'oublie personne..). Elle fait également venir une professionnelle de la crèche pour accompagner la séance (là c'était la psychologue, parfois ça peut être une psychomotricienne par exemple.)

Et... c'était super! Je suis ressortie enchantée :) On est restés sur place une bone heure et demie. 

Le RAM se situe dans les locaux de la crèche de Soisy. Il y a deux salles amménagées avec des jouets et des livres. Ce matin-là, on a eu droit à la piscine à balles, les enfants étaient ravis. La responsable propose également des activités pour les enfants. Là ils pouvaient préparer un cadeau pour la fête des parents. Le petit dont je m'occupe a donc pu faire de la peinture (c'était sa première fois!) et des gommettes pour préparer le cadeau que nous récupérerons la prochaine fois.

La rencontre s'est terminée par un petit moment en chanson... alors bien entendu j'ai proposé de ramener ma guitare la prochaine fois :) et l'idée a tout de suite emballé tout le monde! alors c'est parti, après l'école, la crèche :)

Je me suis sentie bien là-bas et le petit aussi, l'endroit est agréable et la responsable du RAM est particulièrement accueillante et bienveillante avec les enfants. Je suis partie pour venir là-bas régulièrement! (il y a possibilité d'y aller une fois toutes les 3 semaines environ, en fonction de la place)

Dans le même genre, on est allés visité la Ludothèque de Saint-Leu la forêt pendant les vacances. C'etait toooop! Tout comme j'aime! Et j'ai pu m'inscrire aux accueils assistantes maternelles tous les jeudis matins. On va commencer jeudi prochain, je viendrais vous raconter! 

Il y a vraiment plein d'initiatives chouettes qui existent tout autour de chez nous, pour peu que l'on ouvre l'oeil! Je suis toujours bien surprise de la qualité d'accueil que je trouve dans les lieux petite enfance, que ce soit pour des rencontres parents ou pour les professionnels. 

Nous commençons en tous cas à avoir des semaines ritualisées et ça me convient bien. Entre la bibliothèque, le RAM et la ludothèque... Je prends mes marques petit à petit. Et c'est un plaisir! Surtout que cet enfant-là est autant curieux que moi de nouveaux lieux et de nouvelles rencontres! ça tombe bien!

photo (10)

23 avril 2013

La maison de naissance de Pontoise aux Maternelles

La maison de naissance e Pontoise est passée ce matin dans le reportage des Maternelles sur France 5. Le replay est par ici:

http://les-maternelles.france5.fr/?page=emission&id_rubrique=4789

Le reportage commence à 24' (Et on voit Pontoise à partir de la 28eme minute)

C'est toujours émouvant d'entendre nos deux sage-femmes <3

13 avril 2013

Spectacle musical dans les classes

J'ai passé une semaine au début du mois d'avril à présenter un spectacle musicale à partir du Soldat Rose de Louis Chédid dans 5 classes de différentes écoles du Val d'Oise, de la petite section au CM1. Ca a été une semaine particulièrement intense et une expérience passionante. J'ai adoré faire ce que j'ai fait :)

photo (4)

si c'est pas un portrait fabuleux ça!!!!!

J'ai proposé aux classes un spectacle d'une demie heure, seule avec mes instruments (guitare, violoncelle, djumbé, xylophone) et mes accessoires (images, poupées, jouets, chapeaux, lunettes, diapason ...). Ce spectacle reprenait l'histoire du Soldat Rose en alternant des moments contés et des moments chantés (extraits de certaines chansons: Le Soldat Rose, Tout le monde se presse, Chien et Chat, Le gardien de nuit, A demi-mots, Le petit chimiste, la panthère noire, lunettes bleues lunettes roses, un papa une maman, Love love love).

A la fin du spectacle, j'ai présenté mes instruments et proposé aux élèves un moment de manipulation avec des percussions (cloches, tambourins, oeufs, castagnettes, triangle, maracas...) sur la chanson Ani Couni (une berceuse indienne que la plupart des enfants connaissent pour l'avoir apprise à l'école). Ce moment de partage variait en fonction de l'âge des élèves. Avec les grands par exemple, j'ai pu faire plusieurs groupes avec des consignes différentes et des chefs de choeur pour donner les départs, ça rendait vraiment très bien, j'ai été bluffée. Et pour les plus petits, on a appris la chanson en battant le rythme tous ensemble avec les instruments. Avec mon matériel et le matériel des écoles, chaque enfant a pu avoir un instrument dans ses mains, ce qui était vraiment chouette. D'ailleurs j'avais craqué pour l'occasion et racheté quelques instruments, ça coûte vraiment pas grand chose et je suis ravie de les avoir à la maison, pour tous les enfants qui passent c'est un plaisir à chaque fois ET petite aparté importante pour moi à la maison ça permet à mes enfants de jouer à côté de moi quand je joue du piano par exemple plutôt que m'escalader toutes les 2 secondes. Ce qui est beaucoup mieux pour tout le monde...

Pour revenir à mon intervention dans les classes, ça durait une bonne heure.  A chaque fois, j'ai pris mon pied. J'adore ça, autant la représentation que l'atelier à la fin, j'adore passer de classe en classe, ne faire que passer.

Ca m'a permis de comprendre ça. Retrouver l'essence de ce qui me plaisait dans mon boulot d'instit sans les contraintes. Présenter un spectacle abouti et varié. Guetter ce p'tit instant de suspend dans la classe au moment où je posais mes doigts sur le violoncelle, entendre la concentration , les rires, les chantonnements, les corps qui se balancent un peu, accrocher les regards, surprendre, capter l'attention, susciter l'émotion.... j'aime la scène... c'est pas nouveau....

Je me suis même dit que j'aimerais faire ça plus souvent... C'était vraiment le format idéal. J'ai adoré aussi que tous les enseignants jouent le jeu pour m'accompagner devant leurs élèves en chantant Chien et Chat en duo avec moi. C'était chouette leur retenue au départ et sentir le moment où ils se laissent aller au jeu et prennent plaisir à chanter avec moi. Petite anecdote, j'ai adoré le premier jour quand une autre classe dans une des écoles est passée au moment du spectacle dans la salle de motricité. Tous les élèves sont restés debouts, happés par la musique, leur manteau à la main, incapables de regagner leur salle de classe .alors leur enseignante les a laissé regarder un p'tit moment. J'avais donc des élèves devant et derrière moi, c'était extra. Et complètement improvisé :)

Et jolie surprise quelques jours après pour clôturer l'aventure... Les enfants des 2 classes de maternelle m'ont fait la surprise de m'envoyer des tas de dessins avec leurs commentaires et leurs réactions notées par leur enseignante pour les grands, et des lettres dans tous les sens pour me remercier pour les plus petits... C'était vraiment très touchant. Et tout aussi touchant depuis de recevoir leurs petits coucous dans la rue le matin... Voici quelques extraits de tous ces jolis dessins (désolé pour la mauvaise qualité des photos, c'est pris avec mon téléphone)

Un grand merci à tous les enseignants qui m'ont reçue dans leur classe, sans connaître finalement le contenu du spectacle au départ, juste parce qu'ils me faisaient confiance :) et un merci spécial à Christelle et Amanda... j'ai adoré pouvoir entrer dans votre univers et vous voir, dans vos classes, avec vos pitchounes.. C'était plutôt émouvant je dois dire ... :)

photo (1)photo (11)

photo (5)photo (8)

 

 

 

photo (12)

photo (13)

photo (16)

photo (17)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo (10)

photo

photo (2)

photo (9)

photo (3)

photo (15)

photo (14)

08 avril 2013

Retour sur la conférence "fesser, punir, mettre au coin... et si on accompagnait nos enfants autrement?"

Il est presque 2H du mat et je reviens de la conférence PaMaNa "Fesser, punir, mettre au coin... et si on accompagnait nos enfants autrement?"

Quelle chouette soirée, et l'agréable aboutissement pour moi d'un an de prospection afin de monter ce projet. Merci à tous ceux qui ont fait le chemin, on était presque 80, les échanges étaient riches et variés. Merci à David Dutarte du Family Lab pour sa conférence passionante.

Je connaissais déjà le courant de pensée de Jesper Juul, j'ai lu l'an dernier ses 2 bouquins traduits en français, je suis régulièrmeent les parutions internet et je savais donc que son discours me parlait. Mais il y a un monde entre lire un bouquin et avoir une vraie personne en face de soi, qui partage son expérience, son cheminement, ses embuches et les victoires qui sont là elles aussi. David Dutarte était vraiment passionant. Un discours fluide, clair, vivant, touchant qui permet une sensibilisation à la violence éducative ordinaire sans jugement de valeur, simplement en partant de son expérience de vie à lui. Des échanges passionants à la fin de la conférence où chacun dans la salle pouvait un peu parler de ses craintes, de ses réserves, de ses interrogations sur ce qu'il venait d'entendre. Il a repris de manière très claire les propos d'Alice Miller expliquant combien la violence éducative est difficile à déceler, car elle est inscrite en nous dans l'enfance et assimilée comme étant une violence nécessaire (parce que éducative).  

Je suis sensible au positionnement de Jesper Juul pour accompagner les enfants autrement que dans un rapport de force, en particulier la nécessité d'un changement de posture de l'adulte face à l'enfant. Prendre la responsabilité de la relation. Le principe de l'équidignité. L'intégrité, la responsabilité personnelle et l'authenticité. Le fait de prendre en charge ses émotions, ses besoins et ses manques sans en faire peser le poids ni les conséquences sur les autres (et en particulier sur ses enfants). Le fait de préserver le contact, la relation, le fait d'arrêter l'immédiateté et le résultat pour imaginer un long chemin à partager en famille, où chacun grandit, chacun avance et regresse à son rythme , où chacun essaie de développer son empathie.

Ce n'est pas le pays des bisounours, ce n'est pas un no man's land non plus, c'est juste la vie telle que je la conçois. En mouvement, en recherche. Grandir les uns avec les autres, les uns à côté des autres. Etre adulte. Avec tout ce que ça peut engendrer de positif, d'expérience et de richesse , pas comme un état figé où la vie se serait arrêtée. 

Affiner mes propres limites plutôt que vouloir poser des limites aux autres. Dessiner mon propre contour. 

Avoir confiance en l'enfant, en ses compétences, en sa volonté, en sa sociabilité, en son enthousiasme, en sa coopération. Me faire confiance et faire confiance aux enfants (et aux ados). En finir avec la culpabilité, avec l'efficacité, l'obéissance, la soumission, les résultats, le rapport de force.  Ne pas imposer mon autorité, mais faire autorité, parce que nous sommes adultes et "auteur" de notre propre vie. Avancer comme des êtres humains, les uns à côté des autres. Les rêves, les envies, les limites, les peurs de chaque membre d'une famille sont à prendre en compte comme étant sérieux et dignes de considération.

J'ai bien aimé l'image qu'a utilisé le conférencier pour parler de la difficulté de ses débarasser de tous nos mécanismes éducatifs: on quitte une autoroute connue pour aller vers l'inconnu. On se retrouve à avancer sur un chemin avec de l'herbe en pagaille, . Mais à force d'utiliser ce petit chemin, à force d'y repasser, l'herbe se tasse et le sentier se forme, les reflexes et la posture changent... et petit à petit on dessine son propre chemin.

J'ai ressenti cela très fortement lorsque j'ai décidé d'arrêter d'avoir recours aux fessées (qui restaient déjà pourtant exceptionnelles). J'étais littéralement désarmée. Et quand je me retrouvais accolée au pied du mur par mes enfants et mes principes éducatifs, quand je n'avais plus aucune issue, c'est l'utilisation de la force et le recours à la tape qui reprenait le dessus, malgré moi, malgré mes convictions et ma volonté. C'était comme inscrit en moi, je n'arrivais pas à m'en défaire. Il m'a fallu deux ans pour éradiquer complètement ce reflexe. Ca m'a paru une éternité.

Petit à petit, j'apprends à prendre en charge mes émotions pour ne plus les déverser sur les autres... C'est long, très long. Pour la fessée, je pense que c'est derrière moi, mais il reste encore les cris, les paroles blessantes, le repoussage brusque... C'est un apprentissage quotidien. Mais à mesure que le temps passe, nous passons avec lui, nous apprenons, nous anticipons, nous changeons. C'est épuisant ET c'est passionant. En tous cas, c'est encourageant de pouvoir grandir encore...

Depuis la conférence, j'ai gardé en tête 4 petites phrases entendues toutes simples qui m'aident beaucoup à me positionner (je veux/je ne veux pas; j'aime/je n'aime pas). Et effectivement quand je le dis, ça n'a rien à voir avec un "je voudrais", "j'aimerais"etc.... bluffant!

J'aurais bien aimé pouvoir inclure quelques photos, malheureusement je n'avais pas pris mon appareil, et mon téléphone était éteint (j'étais tellement concentrée que je voulais même pas prendre le temps de le rallumer:)

 


04 avril 2013

2eme jour d'adaptation

Comment un petit garçon de 20 mois s'approprie-t-il un nouveau lieu, de nouvelles têtes, de nouveaux codes?

Mardi, en un quart d'heure de tête à tête, j'avais juste eu le temps de suivre ce petit garçon qui vient d'arriver chez moi dans un jeu qu'il avait initié avec deux chevaux et leur chevalier. Un rouge et un bleu. On en avait un chacun. On mettait chaque chevalier sur son cheval, hie!, en vanat!, on galopait et boum! Tombé! Eclats de rire.

En boucle pendant 10 minutes. Avec le même émerveillement et la même surprise à chaque "Tombé!" bien évidemment!

2cb66781-a64b-25a5-3b7c-c7e7604df7b7

 

Aujourd'hui donc ce petit garçon revient en fin de matinée avec ses parents pour rester un peu plus longtemps avec moi et déjeuner sur place. Il me dit bonjour, dit bonjour au chien, se trompe de nom (pour le chien!), s'en rappelle, le répète en boucle, aperçoit les figurines posées sur leur étagère et fonce droit dessus pour me les apporter alors que je suis en train de parler avec les parents. Comme une vraie façon de se retrouver, un rappel à ce moment de tête à tête partagé la veille. Là, je me suis dit Ah ok, c'est un moment hyper important à ne pas louper là! Il est en train de me dire bonjour à sa manière à lui!

Il tire mon pull: "Tombé! Tombé" pendant que je parle encore à ses parents. Je lui ai dit que je me souvenais moi aussi de notre jeu, j'ai raccompagné ses parents à la porte et on s'y est remis direct. Au même endroit que la veille, bien entendu. Le même rituel du début à la fin, le même éclat de rire et puis c'était bon, il a pu passer à autre chose.

J'ai vraiment eu l'impression qu'une étape fondamentale venait de s'être jouée là, dans ces quelques minutes répétées de connexion l'un à l'autre.

Et l'heure s'est passée, d'expérimentations en découvertes. 

Avec le recul de mon expérience perso, mes lectures, mes enfants qui ont grandi et ceux des autres, j'arrive vraiment aujourd'hui à voir cet âge charnière des 2ans comme un âge de pure expérimentation. Rien de plus. Tout ce que ce petit garçon ne cesse de faire sur le temps d'accueil n'est rien d'autre qu'une manière de faire connaissance, apprendre les codes de cette nouvelle maison, m'apprendre les siens. BOucher, déboucher un feutre, essayer d'écrire sur le mur, sur la chaise, sur le sol, sur la feuille, observer mes réactions, mes mimiques, répéter chaque mot que je prononce et recommencer encore, répéter les mêmes gestes jusqu'à se les approprier, se tromper, recommencer, demander, essaye, se tromper, recommencer encore, assimiler et passer enfin à autre chose (avant d'y revenir!)... Le mouvement perpétuel. C'est épuisant ET passionant :)

Aujourd'hui ce petit garçon a aussi fait connaissance avec ma fille devenue "La grande" le temps d'un repas. Ils apprennent aussi l'un et l'autre à délimiter la place de chacun. Deux heures bien intenses donc mais fondamentales. Le repas d'ailleurs est passé en arrière plan pour tout le monde tant il y avait à découvrir. 

Et voilà une nouvelle étape de passée.....

03 avril 2013

c'est parti pour un nouveau métier

Voilà, c'est officiel, j'ai commencé ce matin mon premier contrat plein en tant qu'assistante maternelle. Je vais accueillir un petit garçon de 20 mois à temps complet jusqu'à son entrée à la maternelle.

J'aime commencer un nouveau métier, tout faire pour la première fois :)

photo (10)

 

Nous avons commencé la période d'adaptation tout doux, les parents sont restés avec l'enfant le temps de remplir le contrat (contrat type du Conseil Général), ça prend beaucoup de temps, il y en a des pages...! et puis ils l'ont laissé une quinzaine de minute avec moi. Le temps de se dire au revoir, de jouer un petit peu et de se retrouver. Je me sens bien dans mes baskets, j'entre dans ce métier avec envie et curiosité, rien à voir avec la boule au ventre que je me trimballais il y a tout juste un an en retournant à reculons à l'éducation nationale... 

Alors c'est parti pour la nouvelle aventure. Nous prévoyons une période d'adaptation sur une semaine que nous réajusterons si besoin. Le pitchoune reviendra jeudi pour déjeuner avec moi, puis vendredi pour la sieste, lundi prochain une matinée complète avec repas et puis peut-être le mardi une journée complète, si tout se passe bien.

20 mois c'est un chouette âge, j'ai des tas de jeux à lui faire découvrir, les beaux jours vont permettre de commencer au grand air, je suis contente de ce nouveau rythme qui s'annonce. On va apprendre à se connaître, idem pour mes enfants, ils vont apprendre les uns les autres à cohabiter, à prendre soin du petit, mélanger les âges, les besoins de chacun, ça va être une sacré expérience.

Je continue à prendre contact avec des familles pour accueillir un deuxième enfant à temps plein... Pour l'instant ce n'est pas plus mal de commencer un contrat après l'autre, le temps que chacun prenne ses marques. Et j'ai en alternance le mercredi matin une grande fille de 7 ans, une copine de mon fils qui est aussi dans sa classe et qui connaissait déjà la maison. Là c'est encore autre chose, un autre rythme, je l'aide à faire ses devoirs et puis on fait des jeux tous ensemble. Mes enfants sont ravis de l'avoir avec certitude avec eux tous les mercredis matins... Ce métier permet ce genre de passerelle entre vie familiale et professionnelle, et c'est tant mieux!

 

11 mars 2013

Fesser, punir, mettre au coin... Et si on accompagnait nos enfants autrement?

Bonjour à tous,

Nous organisons avec l'association PaMaNa le vendredi 5 avril prochain à 20H30 une conférence à Pontoise (95) (maison des associations) animée par David Dutarte du Family Lab sur le thème: "Fesser, punir, mettre au coin... et si on accompagnait nos enfants autrement?" 

N'hésitez pas à faire circuler l'info et l'affiche :)

flyer-conference-punition

08 mars 2013

Quand l'éducation nationale a aussi du bon... enfin surtout quand on fait des rencontres qui changent tout

Une fois n'est pas coutume, je voulais écrire un témoignage positif de l'éducation nationale, vécu en direct. Car parfois l'école fait du bien et c'est important de le souligner aussi, de le proclamer, de le partager!

Après une année de CM1 épouvantable pour notre fils (phobie scolaire jusqu'à ce qui pouvait ressembler à une dépression), un passage express par une école privée hors contrat qui a empiré les choses et une toute fin d'année descolarisé où il ne pouvait plus rien faire d'autre que dormir, se cacher sous son matelas (dessous, oui) et reprendre des forces, nous nous sommes retrouvés en juin dernier absolument démunis.

Nous avons alors décidé de prendre contact directement avec l'Inspectrice de l'Education Nationale (IEN) de notre circonscription pour lui demander ce que l'école publique avait à proposer à notre fils qui ne rentrait pas dans le moule scolaire et en souffrait. Nous avons pris rendez-vous avec elle et ce rendez-vous a été le point de départ d'un cercle vertueux qui a fini par réconcilier notre enfant (et moi avec?) avec l'enseignement collectif. L'inspectrice a écouté notre parcours et nous a répondu que l'école publique avait pour mission de s'occuper de chacun des élèves et qu'il existait des moyens d'aménager l'école jusqu'à ce que l'enfant reprenne confiance en lui et en l'école.

Nous avons décidé ensemble à l'issue de ce rendez-vous de rescolariser notre fils dans son école initiale, l'école publique de notre quartier, à la rentrée (en septembre dernier) en nous entourant de toute l'équipe éducative. Nous avons saisi la maison du handicap pour pouvoir mettre en place un aménagement pédagogique et un temps partiel. Nous avons été mis en lien avec l'Enseignante référénte et c'est avec ces outils-là que notre fils a repris le chemin de l'école pour entamer son CM2. Où il a eu la chance de tomber sur une enseignante en or.

Nous avons depuis septembre eu des réunions avec l'équipe éducative une fois tous les deux mois environ (La maitresse, la directrice, l'enseignante référente, la psychologue scolaire, le père, la mère, la psychomotricienne et la psychologue de ville qui suivaient notre fils en privé, et l'enfant était convié lui aussi, même si là il na pas toujours souhaité venir).

Il a commencé par aller à l'école deux jours par semaine (il était callé sur mes jours de travail). Mais ça n'a pas tenu longtemps, alors il est passé à 4 demi-journées. C'était aléatoire, parfois le matin, parfois l'après-midi, plutôt à la carte, avec l'accord de la maîtresse qui a fait preuve d'un sacré lâché prise (et nous aussi) parce que pendant certaines périodes il y avait de grands trous dans l'emploi du temps... J'ai pris le relais à la maison en reprenant le travail manqué en classe (ça nous prenait au plus une demie heure). Les autres élèves ont été informés de son cas particulier, ils ont pu en discuter entre eux et avec la maitresse. Petit à petit, notre fils a réussi à venir par demi journées fixes. C'était au mois de décembre. Ca ressemblait déjà un peu plus à un rythme régulier. Il commençait déjà à aller un peu mieux, il a d'ailleurs à ce moment-là décidé d'arrêter le suivi avec la psychologue.

Et puis il y a eu la classe de neige au mois de Janvier avec tous les CM2. Après de longues semaines de maturation, il s'est senti prêt à y aller. Il a réussi à partir les 10 jours comme les autres (l'année précédente il ne pouvait plus dormir ailleurs qu'à la maison tellement les angoisses étaient fortes). Il a juste eu besoin de nous passer un coup de fil au deuxième jour avec l'accord de la maîtresse et c'était réglé. Il est revenu de la classe de neige enchanté, nous avons alors saisi l'élan engendré par cette formidable expérience et le déclic s'est opéré (par magie? on pourrait croire que c'est par magie oui, dans un sens que dans l'autre, tant il suffit d'un rien pour sombrer dans un cercle vicieux et quel soulagement de se rendre compte que l'on peut en sortir avec la même instantanéité!). Nous l'avons encouragé à reprendre l'école au rythme des autres enfants, de tenter des journées complètes, nous sentions qu'il en était capable, que les angoisses paralysantes n'étaient plus là. Il se sentait prêt lui aussi.

Depuis la mi-janvier, il a repris l'école à temps complet. Il a tenu le rythme jusqu'aux vacances. Et surtout, surtout, il y trouve du plaisir. Il râle parfois, il a peur, il est contrarié, il est triste ou en colère,  il n'aime pas tout ce qu'il y fait, mais il s'y sent bien, il s'y sait en sécurité, il a confiance en sa maîtresse, il se sait respecté. Toutes les émotions sont les bienvenues quand on sait qu'on a la possibilité de les verbaliser et de les dépasser. Il a des amis précieux et il se surprend à aimer -à petites doses, hein, n'exagérons rien!- des matières qui le bloquaient quelques temps avant (écriture ou dessin par exemple...). 

C'est une renaissance pour nous tous après ces longs mois à avancer à l'aveuglette. Je suis convaincue que cet exploit a été rendu possible par l'investissement de tous les gens autour de lui, par une bonne dose de patience, de compréhension, de lâcher prise et de confiance de la part de chacun. La maîtresse, la directrice, les copains, les parents des copains, la psychologue, la psychomotricienne, la famille. On est tous sortis d'une idée préconçue de ce qu'il devrait faire ou être et on s'est mis à l'écoute de ce qu'il était, de ce qu'il voulait faire, de ce qu'il pouvait faire. On est tous partis de là et finalement d'où d'autre aurions-nous pu partir ?

Il y a eu de moments difficiles, des hauts et des bas, des avancées et des retours en arrière, bien sûr il y a eu tout ça, mais heureusement, car ça fait partie de la vie! Rien n'est linéaire. Enfin pas chez moi en tous cas :) 

Nous sommes au mois de Mars et notre fils qui a bientôt 11 ans a retrouvé son sourire et ses élans. Il va bien, il s'est épanoui comme une fleur, il rit de bon coeur, il va vers les autres, il a retrouvé sa curiosité et son avidité, il pose des questions, il s'intéresse à des tas de choses. C'est un pur bonheur de le voir ainsi et d'être à ses côtés au quotidien. Finis les blocages sous le matelas, finies les paralysies insurmontables. Chaque problème est posé, on peut en discuter, on peut chercher des réponses adaptées en prenant en compte les impératifs et les besoins de chacun. Quels progrès, c'est incroyable!

Le sentiment qui me reste après ces quelques années de pratique, d'observation, de questionnements, de réflexions face à l'école : privé, public, hors contrat, sous contrat, méthodes,  peu importe. L'école c'est avant tout une histoire de rencontre. Nous sommes des êtres de lien et la seule chose qui compte, c'est ce lien qui se tisse entre l'enfant et son enseignant, l'humanité qui en découle. Il y a des relations qui abiment et il y en a d'autres qui rendent plus fort, qui donnent confiance, qui équilibrent et qui réparent. Merci à ces enseignants-là, qui malgré tous les défauts d'un système qui ne me convient guère savent nous ramener à l'essentiel et sèment des graines pour l'avenir de nos enfants. Main dans la main avec les parents.

Moi j'ai quitté le navire et c'est ce dont j'avais besoin, mais bravo à eux, et merci. Sincèrement.

 

 

 

 

06 mars 2013

Le Soldat Rose, Louis Chédid

Je voulais partager avec vous mon coup de coeur (vieux coup de coeur!) pour la comédie musicale de Louis Chédid: Le Soldat Rose.

Ca fait un moment que ces chansons-là me suivent. D'abord parce que je les aime! Les textes, les musiques, les interprètes( y a du beau monde, M, Alain SOuchon, Vanessa Paradis et d'autres!), l'histoire, la morale qui va bien, tout m'a plu direct. Pas de temps mort, pas de miêvrerie, c'est entrainant, c'est poétique, c'est du pur bonheur. Chez nous ça a été écouté, réécouté en boucle, ça nous a tous bercés, petits et grands. Enfin, parce qu'en classe, ça a toujours été chouette à travailler.

En 2008, avec ma classe de CM1/CM2 (Ma classe, parce que finalement je n'en ai eu aucune autre à temps plein!) c'était devenu notre projet de l'année. J'avais prévu un créneau théâtre dès Septembre (lectures, improvisations, exercices de respiration, sortie scolaire dans un théâtre...) et puis à partir du mois de janvier, on avait commencé à apprendre toutes les chansons du spectacle. J'amenais ma guitare ou mon clavier ou le CD et je chantais avec eux. Petit à petit, l'idée du spectacle s'est imposée. On a distribué les rôles, on a rajouté les textes entre les chansons, on a imaginé les accessoires, on a fabriqué un programme, on a créé les costumes en bricolant et en piochant chez le uns et les autres, on a regardé le spectacle en DVD et le spectacle a pris forme. Les élèves étaient enthousiastes, certains sont même allés voir sur Paris la reprise du spectacle qui tournait alors. Pour moi, c'était un régal de renouer avec le théâtre et d'y mêler les élèves. Au mois de Juin, on avait réussi à réserver la petite salle de spectacle de la ville (avec une vraie scène et des vrais fauteuils, et même un peu d'éclairage!) et on a pu faire une vraie représentation pour les familles. Chaque élève parlait ou chantait et moi à la guitare  j'étais sur le côté pour accompagner, encourager (et souffler si nécessaire!). Ca a été un moment très fort et très émouvant. J'ai adoré ça, et les enfants aussi.

A côté de ça, j'ai régulièrement chanté certaines chansons avec toutes sortes de classes de niveaux différents. Quand mon aîné était en MS, j'avais proposé à sa maîtresse de venir dans la classe avec ma guitare une matinée. Là aussi, ça a été un grand plaisir partagé. Et certains enfants ont continué à me faire des grands coucous dans la rue pendant des années! Adorable :)

Ca fait un moment que je n'ai plus touché à la partition, mais juste avant les vacances, c'est revenu me titiller et j'ai proposé au maître de ma petite dernière (MS) de venir dans la classe pour jouer à la guitare et chanter des extraits du Soldat rose. Il a accepté tout de suite. Et me voilà repartie pour répéter, peaufiner et améliorer cette mini présentation. Sauf que cette fois, j'ai des idées qui fourmillent par milliers. Je pense intégrer d'autres instruments de musique (en + de la giutare) pour varier les chansons (ils sont encore petits) et laisser les élèves les manipuler à la fin. Djumbé, cloches, oeuf, harmonica, xylophone. Peut-être inclure le violoncelle si je prends le temps de m'y remettre un peu plus sérieusement d'ici là et éviter de jouer trop faux :\

Ma fille du coup se prend au jeu, on se remet à écouter le DVD en boucle et les vacances tournent à l'excès autour du Soldat Rose. Peinture, musique, découpage, collage, bricolage, déguisement, tous les prétextes sont bons. Prune a des tas d'idées sympa pour le spectacle et prend le relais quand mon imagination se tarit (on a peint un chapeau en rose, elle a trouvé un moyen inventif et rigolo pour faire les lunettes bleues et roses de l'homme de ménage)

Voilà pour le programme de nos vacances qui s'annoncent plutôt roses :)

Et voilà un extrait de la chanson du soldat rose avec le magnifique chapeau -rose!- ça tombe bien, ma fille est encore en plein dans le rose ! Et ce spectacle a cet atout supplémetaire de justement bousculer les codes en terme de sexisme et d'idées reçues (rose pour les filles, bleu pour les garçons entre autre!), et ça j'adore!

 

bonus soldat rose